Belles aquarelles

L’aquarelle est à la mode, elle n’est pourtant pas une découverte.

Longtemps déconsidérée, réservée à quelque naturaliste, aux ouvrages de dames et aux officiers anglais (qui en apprenaient la technique afin de pouvoir, sans trop s’encombrer, réaliser des peintures « sur le vif »), elle reste la technique de l’étude. (Ébauches, pochades, cartons de tapisseries…) On (artistes et marchands) lui préférera longtemps, et de loin, la technique à l’huile. Ses termes ne seront d’ailleurs définis qu’à partir de 1800.

 

Belles aquarelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’avantage de l’aquarelle tient dans sa souplesse : le matériel s’emporte dans une trousse, la peinture sèche vite, les pigments ont une tenue et une luminosité remarquables. Cette technique à l’eau, – beaucoup, beaucoup d’eau – offre légèreté et transparence. Et des effets à l’infini…

Depuis toujours nous peignons avec de l’eau et pourtant des chefs-d’œuvre ont traversé les âges. Les pigments rupestres étaient mélangés à l’eau, en Chine, depuis le IIIème siècle, la peinture est presque complètement de l’aquarelle sur la soie. Les Egyptiens ont également peint avec des pigments solubles de même que nos riches enlumineurs du Moyen Age.

 

Annonciation, Fra Angelico, enluminure sur parchemin, 1433

Annonciation. Fra Angelico. Enluminure sur parchemin, 1433.

 

Conquête, commerce, au XVème et au XVIème siècle, on voyage beaucoup, tout est nouveau et tellement surprenant ! Le naturaliste, l’explorateur accompagné de cartographes et de topographes souvent artistes, ou le simple observateur l’ont élue… Pratique, elle devient leur outil de prédilection.

Pour des raisons d’ordre social, l’aquarelle vient aussi satisfaire les délicates sensibilités naissantes (et les projets de mariage !) Fleurissent ces portraits miniatures sur carton ou sur ivoire, d’une très belle facture, large de quelques centimètres seulement. (Aujourd’hui parmi les peintures les plus précieuses du monde).

 

Belles aquarelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait d’Anne de Danemark. (1574-1619) d’Isaac Oliver. Miniature à l’aquarelle sur parchemin de 4,8 x 3,8 cm.

 

1539 : Henri VIII cherche sa quatrième épouse. Holbein ramène d’Allemagne le portrait (un peu arrangé, du Photoshop avant l’heure…) d’Anne de Clèves. Le roi est séduit mais en la rencontrant, il est fort déçu. Le mariage est célébré puis annulé six mois plus tard.

 

Hans Holbein le jeune, Portrait d’Anne de Clèves, autour de 1539, Aquarelle sur parchemin, 65×48 cm, Musée du Louvre.

 

Si l’on peut me permettre un avis tout personnel, étant donné que le séducteur de ces dames n’y allait pas avec le dos de la petite cuiller (en or), j’aime à penser que sa disgrâce (à voir ?) lui aura probablement sauvé la vie… En tout cas, Holbein, doué pour enjoliver et mettre en valeur, a eu beaucoup de commandes de portraits par la suite…

 

Lorsqu’Élisabeth 1 envoie ses premières expéditions en Amérique du Nord, en 1577, John White « artiste et gentleman » accompagne l’expédition de Sir Martin Frobisher. Les aquarelles de White, représentant des hommes et des femmes Inuits, constituent un témoignage exceptionnel des premiers contacts établis entre deux cultures. Ce sont les plus anciennes œuvres canadiennes et les seuls témoignages visuels sur les Indiens, la flore et la faune de cette époque.

 

John White. Indien paré pour la chasse. Aquarelle, crayon, rehauts de blanc.

 

Dürer développe la technique de l’aquarelle en la mélangeant à de l’encre et de la gouache. Comme les explorateurs, Il l’utilise durant ses voyages pour représenter faune et flore.

 

  

Albrecht Dürer. Trois études d’un bouvreuil. 1495. – Albrecht Dürer. Chouette-effraie.

 

En 1800, en Angleterre, (encore !) l’enseignement de l’aquarelle fait partie de l’éducation des filles de la classe supérieure. Victoria jeune fille suit elle-même des cours. Sur le modèle anglais, des sociétés nationales d’aquarellistes fleurissent partout en Occident. La remarquable Royal Watercolour Society est fondée en 1804 à Londres. Turner en est un de ses illustres membres.

 

Alnwick Castle, Northumberland. (1825-1828). Aquarelle sur papier.

 

En France, de grands artistes tels Fragonard l’utilisent, même si c’est souvent pour l’étude de tableaux.

 

Fragonard. Jeune femme debout. 

 

Delacroix, Géricault… s’en servent en voyage et pour leurs croquis de paysage. Toutes ces œuvres préparatoires sont aujourd’hui autant de chefs-d’œuvre inestimables, ayant leur place au musée. 

 

Delacroix. Intérieur marocain. 1832. (Aquarelle et mine de plomb).

Delacroix . Les cavaliers. 1832. (Aquarelle et mine de plomb).

Delacroix . Patio à Tanger. 1832. (Aquarelle et mine de plomb).

 

Rodin nous a donné de merveilleuses aquarelles en peignant sur le vif le mouvement de la danse et de la vie. La série des fameuses « danseuses cambodgiennes » est remarquable de fraîcheur et de liberté. 

 

Rodin. Danseuse cambodgienne.

 

La première œuvre abstraite de l’histoire de la peinture est une aquarelle de Kandinsky.

 

Kandinsky. Sans titre (Aquarelle), 1910. Mine de plomb, aquarelle et encre de Chine 49,6 x 64,8 cm.

 

Couleurs à l’aquarelle et en transparence des lignes noires à la plume : cette aquarelle dissocie le rôle du dessin et de la couleur.

 

A la suite, Dufy, Bazaine, Zao Wou-Ki… rendent définitivement ses lettres de noblesse à l’aquarelle.

 

Zao Wou Ki-Entre ciel et terre – Aquarelle et encre.

 

Nos belles aquarelles : paysages de neige

Cette semaine à l’atelier : Eau libre

Lire l’article : Turner : L’âme et la lumière

(Visited 201 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *